Fondateur du So-Called Library Committee de la Royal Academy, Vol. 2

Par Miya Kazuki et You Shiina. Sorti au Japon sous le titre « Honzuki no Gekokujou : Shisho ni Naru Tame ni wa Shudan wo Erandeiraremasen » par TO Books. Sorti en Amérique du Nord numériquement par J-Novel Club. Traduit par quof.

Si l'intrigue des neuf livres de cet arc est à 75% "Rozemyne ​​va à l'académie magique et des choses amusantes se produisent" et les 25% restants sont "Sylvester et Ferdinand regardent avec horreur, bouche bée alors que Rozemyne ​​leur dit ce qu'elle a fait ”, je serai une palourde heureuse. Oui, encore une fois, elle enfreint des règles dont elle ignorait l'existence, ou enfreint des règles simplement parce qu'elle est trop au fond d'un livre pour vraiment prêter attention à tout ce qui l'entoure. Tout le monde dans ce livre lui parle constamment de leçons de sociabilité et d'étiquette, etc. Cela dit, ils devraient vraiment se souvenir de ce qu'elle était, tout comme le lecteur… nous avons parcouru un LONG, LONG chemin depuis le Myne du premier trois livres. Il y a un grand total de crises de colère ici, même lorsque vous vous attendez à ce qu'elle en ait. – Benno ne la fait même pas noogie ! Cela dit, une note triste pour les lecteurs plus âgés, car son chemin de retour vers Lutz et son ancienne famille devient de plus en plus faible.

La couverture montre Rozemyne ​​et ses assistants engagés dans ce qui semble être un match de sport… en effet, j'étais un enfant une fois, donc je vais acheter l'explication de l'auteur selon laquelle elle a basé le jeu joué ici sur la variation inventée par sa fille de ballon chasseur. Cela dit, l'auteur a également raison de dire que quiconque lit la description du match pensera à une autre série fantastique. Le match lui-même se produit parce qu'il s'avère que les deux familiers lapins que Rozemyne ​​a mis sous tension la dernière fois sont non seulement très intelligents et puissants, mais aussi recherchés par la plupart des autres cliques d'étudiants, et les amènent simplement dans son dortoir afin qu'ils puissent être mesurés pour de nouveaux vêtements est une aventure. Les récupérer en est encore plus un, et conduit au jeu de « ditter » que nous voyons sur la couverture, que nos héros ne gagnent que parce qu'ils ont le sac de trucs de Rozemyne ​​– ils sont clairement surclassés à tous les égards.

Dans d'autres nouvelles, bien qu'elle aimerait essayer de rester à l'écart de tout le monde et lire des livres, cela n'arrivera pas, et c'est en grande partie la faute de Rozemyne. Bien sûr, elle ne peut pas refuser un prince quand il arrive à un goûter auquel elle va, mais en même temps, elle n'a pas eu à jouer carrément le marieur pour lui et lui dire jusqu'où il doit aller pour être le meilleur matériel de petit ami. Elle a de la chance que les conseils fonctionnent très bien, sinon un désastre aurait pu se produire. Ensuite, il y a le problème de son assistant Traugott, le petit-fils de Rihyarda. C'est une tête brûlée qui pense que vous pouvez obtenir ce que vous voulez en chargeant de l'avant, mais contrairement à l'autre préposé rock stupide que nous connaissons et aimons (et Angelica est merveilleuse tout au long, elle est ma préférée après Rozemyne), il n'écoute pas ou ne se soucie pas de Rozémyne. En tant que tel… au revoir. Maman n'autorise pas les sangsues à compression de mana ici.

Je ne sais pas quoi dire d'autre, sauf que tout le monde devrait lire ceci. Malgré sa longueur (chaque livre a facilement la taille de deux romans légers normaux), vous aurez envie de le parcourir dès que vous le prendrez.

Laisser un commentaire