Tales of War and Magic, Vol. 2

Par Hitsuji Gamei et Fushimi Saika. Sorti au Japon sous le nom de «Shikkaku Kara Hajimeru Nariagari Madō Shidō! ~ Jumon Kaihatsu Tokidoki Senki ~ »par GC Novels. Publié en Amérique du Nord par J-Novel Club. Traduit par Alexandra Owen-Burns.

Comme pour le premier volume de la série, je qualifierais ce livre de «solide». Il garde les choses intéressantes, a de nouveaux personnages amusants, équilibre l'intrigue politique et le développement du personnage (la première moitié) avec une aventure contre des méchants avec beaucoup de combats (la seconde moitié). Le protagoniste est, bien sûr, un prodige qui est loué par tout le monde dans l'histoire – dois-je vous rappeler quel genre vous lisez? – mais il reste probablement la meilleure raison de lire ceci, étant surtout sensé mais avec un noyau de ridicule qui apparaît chaque fois qu'il essaie de faire venir des idées de sa vie japonaise. Oh oui, et c'est toujours un isekai, mais il est utilisé avec parcimonie, principalement pour montrer pourquoi Arcus est un meilleur penseur que les magiciens de ce monde. Tout cela dit… comme pour le premier livre, le solide est tout ce que je peux lui donner, et cela n’a pas vraiment fait tomber mes chaussettes. La magie dans cet autre monde est trop loin derrière les fans ont raison d'être ennuyés.

Le livre commence avec la grande invention d'Arcus présentée aux principaux magiciens du Royaume. On nous montre brièvement le groupe avant la présentation, et ce sont tous des excentriques stéréotypés qui ont chacun leur propre agenda et ne s'entendent pas avec les autres. Mais le thaumomètre les souffle tous, au point où ils se battraient tous pour voir qui l'obtiendrait en premier s'ils n'en avaient pas tous parce que c'était un résultat prévisible. Après cela, nous sautons de deux ans et voyons Arcus comme un enfant de 12 ans. L'appareil est toujours un secret d'État, mais les autres royaumes savent que quelque chose se passe, et il y a maintenant des espions qui essaient de l'obtenir à tout prix. Arcus s'associe à Orco de He-Man… euh, un elfe mystérieux, son (ex) -fiancee, sa sœur et son «partenaire magique» pour éliminer l'ennemi… bien qu'il puisse avoir besoin de l'aide d'un pirate de passage.

La génération Arcus est toujours dans leur préadolescence, donc la romance ne se produit pas encore, mais il est clair que Charlotte l'aime et aimerait raviver leurs fiançailles, et que Sue (que nous découvrons ici est la fille d'un duc, bien que ce soit à peine son seul secret) est vraiment possessif de lui. C’est un triangle amoureux dans lequel je serais plus investi si le roi n’avait pas dit allègrement qu’il pouvait avoir deux épouses en récompense du bâton de mesure magique. (Plusieurs épouses sont un peu exagérées? Oui.) Quant à Arcus, il a les sorts fantastiques, et peut parfois les rendre dévastateurs (sa mitrailleuse magique stupéfie l'esprit), mais il n'a toujours pas le mana pour être une centrale électrique comme sa sœur (qui l'adore toujours). C'est mon changement dans le futur, car il obtient une mise sous tension temporaire via son guide elfe, ce qui implique que le même genre de chose pourrait se reproduire.

En général, la série est meilleure alors qu'elle fait de la politique et du caractère que des scènes de bataille, ce qui signifie que les deux volumes tombent jusqu'à présent dans la seconde moitié. Pourtant, c’est celui que je lirai davantage. Comme je l’ai dit, c’est solide.

Laisser un commentaire