Accomplissements de la fille du duc, vol. 1

Par Reia et Haduki Futaba. Publié au Japon sous le nom de «Koushaku Reijou no Tashinami» par Kadokawa Books. Publié en Amérique du Nord par Seven Seas. Traduit par Alexander Keller-Nelson.

Seven Seas a fait un petit tour en arrière maintenant que les romans légers se vendent réellement et a ramassé quelques-uns des livres qu'ils ont choisis pour ne prendre le manga que plus tôt. Celui qui m'a le plus intéressé est ce titre, dont j'avais revu le manga du premier volume en 2018. Depuis sa sortie, nous avons vu un boom des œuvres de «méchantes», principalement aidées par My Next Life As a Villainess mais avec un peu d'aide de cette série également. Malheureusement, le roman qui sort maintenant donne en quelque sorte au lecteur le sentiment d'avoir lu tout cela auparavant, même s'il a été l'un des premiers à réussir cette intrigue. Cela dit, l’aspect isekai est à peine abordé et il est clair que c’est plus une excuse pour l’auteur d’écrire des intrigues politiques et la construction du monde. Pour être juste envers l'auteur, ils sont très bons dans ce domaine. Tout comme Iris, bien qu’elle soit aidée par un système de soutien intégré.

Une jeune femme anonyme, après avoir été heurtée par une voiture au Japon, se réveille dans un autre jeu auquel elle aimait jouer. Qui elle était n'a pas d'importance, car contrairement à d'autres livres de méchantes dans ce genre, Iris Armelia est toujours entièrement responsable ici. Malheureusement, elle est sur le point d’être expulsée de l’école après avoir intimidé l ’« héroïne », puis exilée dans un couvent. Iris, dont l'afflux de souvenirs isekai a fait reprendre conscience à son cœur jaloux, n'a rien de tout cela. Elle va négocier avec son père et, après avoir prouvé qu’elle n’est plus une demoiselle amoureuse, il la met en charge de leur fief local. Et il faut quelqu'un comme elle en charge – l'économie est en difficulté, il y a un énorme fossé entre les riches et les pauvres, et même les besoins de base tels que la médecine sont difficiles à trouver. Une ancienne méchante peut-elle réussir à renverser la vapeur? Et présenter le chocolat aux masses?

Le plus gros défaut ici est le même que celui que j'ai mentionné dans ma critique du manga – pour une méchante, Iris semble certainement avoir déjà tout le monde de son côté. Son comportement envers Yuri est expliqué par l'iris (et, en fait, le récit) comme fondamentalement un manque de raison temporaire, car pour la plupart, elle a été une jeune noble sensible et gentille, dont le groupe de serviteurs ENTIER provient d'orphelins qu'elle a sauvés de la mort. dans le caniveau. (Est-ce de là que tous les autres livres tirent cela?) Elle a un majordome capable, un grand-père passionné et incroyablement fort, et sa mère avisée, qui est tellement amusante à lire à propos de vous, souhaite qu'elle obtienne un préquel en plusieurs volumes écrit sur son passé par le même auteur. (Bonne nouvelle sur ce front, bien que ce ne soit pas autorisé ici.) Et bien sûr, il y a Dean, dont l'identité secrète n'est si secrète pour personne d'autre qu'Iris, mais c'est bien – il est là pour la sauver de travailler littéralement à mort, et aussi s'érigeant comme l'unique amour non problématique de sa vie. Méchante? Elle est pleine d’alliés et n’a même pas besoin de tomber et de se cogner la tête pour les attraper.

Je pense vraiment que c'est un must pour les fans du manga. Cela dit, je soupçonne que les fans de livres "Je suis en charge d'un pays et je dois réformer la noblesse", tels que Realist Hero, pourraient en tirer plus que le lecteur standard de Villainess. J'en ramasse certainement plus, cependant.

Laisser un commentaire