Les journaux de l’apothicaire, vol. 3

Par Natsu Hyuuga et Touko Shino. Sorti au Japon sous le nom de « Kusuriya no Hitorigoto » par Hero Bunko. Sorti en Amérique du Nord par J-Novel Club. Traduit par Kevin Steinbach.

L’une des choses agréables à propos des journaux d’apothicaire est que, bien qu’il s’agisse toujours de la relation entre Maomao et Jinshi dans une certaine mesure, si vous n’êtes absolument pas intéressé par ce genre de chose, il y a encore beaucoup à tirer de chaque volume. . Il y a des mystères, bien sûr, car tout le monde et leur frère veulent que Maomao applique sa ruse et découvre qui tue qui. Il y a Maomao elle-même, qui a une idée de ce que sont les gentillesses et les grâces sociales et a décidé de leur dire « non merci ». Et il y a une distribution de plus en plus amusante, y compris Xiaolan amusante et insouciante, qui passe la majeure partie du roman à apprendre à lire – et contrairement à ce que la plupart des livres de ce genre feraient, elle s’avère être assez bonne dans ce domaine une fois qu’elle a reçu une éducation appropriée. Et puis il y a Shisui, qui est ma nouvelle meilleure fille, et est essentiellement aux insectes ce que Maomao est aux poisons. Il est difficile d’être si excentrique que Maomao est pris pour vous, mais cette fille peut s’en sortir.

Quand Maomao n’est pas occupée à se moquer de Jinshi ou « le docteur charlatan », elle aide Jinshi à essayer d’éduquer les gens du palais arrière, découvre un chat qui porte rapidement son nom (en quelque sorte), s’occupe d’une caravane qui est vendre tous les parfums féminins… dont certains sont potentiellement dangereux ; essayer de résoudre une disparition récente qui s’est transformée en un meurtre pas si récent ; découvre comment une jeune femme protégée s’est faufilée devant ses gardes et est tombée enceinte ; découvre que les problèmes entourant Consort Lihua, qui est à l’origine de cette série, n’ont pas disparu; et finit par partir à la chasse avec un Jinshi déguisé, ce qui finit par devenir beaucoup plus dangereux que prévu.

Comme je l’ai dit la dernière fois, la série récompense une lecture attentive et le fait d’avoir des volumes antérieurs sous la main. Il y a plusieurs grossesses dans ce livre, et plusieurs chapitres traitant de personnes qui font de leur mieux pour s’assurer que ces grossesses échouent… ou le sont-elles ? Cela *pourrait* n’être qu’une coïncidence. Du côté plus léger, pour ceux qui lisent le livre sur la relation entre Maomao et Jinshi, le dernier quart du livre est en or pur. Quelque chose que nous soupçonnions depuis longtemps est finalement admis, et vous ne pourrez plus jamais voir les mots «amphibiens de taille décente» sans rire. Maomao elle-même semble plus déterminée que jamais à éviter de s’approcher de cela – elle est très consciente de ce que ressent Jinshi, de ce que cela signifierait pour son avenir et de la façon dont elle ne veut vraiment PAS y faire face. Même si elle devient gaga quand il lui donne le bon cadeau.

Alors oui, cela reste une lecture indispensable à condition que cela ne vous dérange pas qu’il y ait l’Empereur et ses nombreuses épouses, ou que l’héroïne (pas une des épouses) puisse tuer un homme avec sa langue acérée à 500 mètres.)

Laisser un commentaire