Je suis amoureux de la méchante, Vol. 2

Par Inori et Hanagata. Sorti au Japon sous le nom de «Watashi no Oshi wa Akuyaku Reijou» par GL Bunko. Publié en Amérique du Nord par Seven Sas. Traduit par Jenn Yamazaki. Adapté par Nibedita Sen.

(Bien que j'essaie de ne pas trop gâcher, cela parle un peu plus des événements de ce livre que certains pourraient être à l'aise, c'est donc votre avertissement de spoiler.)

La dernière fois que nous avons quitté Rae et Claire dans le premier volume de cette série, les choses étaient toujours très amusantes, avec beaucoup de taquineries et de bouffonneries tsundere, mais il y avait aussi d'excellentes discussions sur l'identité LGBT et quelques indices de grondements inquiétants sur les horizons. Ce deuxième volume continue – immédiatement – à marcher jusqu'à la vie heureuse et détendue de notre héroïne, à ses intrigues et à ses intrigues intelligentes et à lui donner un coup de pied jusqu'à ce qu'il tombe, nécessitant une structure plus solide. Les choses ne se relâchent pas à partir de là. Même un retour à la maison pour rendre visite aux parents de Rae, le moindre chapitre du livre, est toujours rempli d’inégalités économiques et de la différence entre les nantis et les démunis. Le passé de Rae au Japon, qui est à peine apparu dans le premier livre, obtient un flash-back incroyable dans le troisième chapitre, qui porte également sur les droits des transgenres. Et tout ça? C'est avant la Révolution qui fait l'objet du jeu original de l'otome. Rae essaie peut-être de sauver Claire… mais est-ce ce que veut Claire?

Il y a un certain ridicule dans l'intrigue que vous allez simplement devoir accepter. Je ne vais pas tout gâcher, je noterai simplement qu’il y a une éruption volcanique qui n’est qu’en quatrième sur la liste des choses ridicules. Il est également clair que l’auteur a un ordre du jour et qu’il est là pour le faire avancer, et honnêtement, c’est bien aussi. J'ai mentionné le passé de Rae – en tant que Rei – et cela entre dans le vif du sujet de la sortie – interne et externe – et comment cela peut être pour le bien et pour le mal et les deux. Il a également un carré d'amour littéral, le type dont vous voyez les flèches, ainsi que des romans de Maria-sama Ga Miteru (ou une version très finement déguisée de) comme porte d'entrée. Donc, comme vous pouvez le voir, il parvient à combiner le sincère et le dessus sans sacrifier non plus.

Les choses deviennent certainement plus sérieuses au fur et à mesure que le livre avance, même si nous savons que cela va se passer dès le début, lorsque Rae est obligée de gérer son amour pour Claire, quelque chose qu'elle déclare à haute voix plusieurs fois par jour, et à quel point elle est dévouée. elle l'est vraiment. D'abord en tant que comédie, puis en tant que tragédie, les événements conspirent pour forcer Rae à abandonner sa personnalité cool, logique et calculatrice et à admettre qu'elle aime non seulement Claire mais qu'elle veut être avec Claire pour le reste de sa vie – fuck "Je veux que ma bien-aimée soit heureuse". Une fois que la révolution a commencé, il n'y a pas de temps pour l'école – d'abord Rae doit manœuvrer les événements pour que Claire puisse éviter d'être exécutée pour être le symbole de tout ce qui est mauvais en tant qu'aristocrates, puis regarder avec horreur la croissance, l'acceptation et l'amour de Claire. de Rae entraîne la destruction de tous ces plans en morceaux.

La croissance de Claire est, à mon avis, encore plus stupéfiante que celle de Rae parce que nous en avons tellement filtré par Rae, qui comprend mais pas non plus. Elle sait que Claire est bien plus gentille qu'elle ne le prétend. Elle lui montre à quoi ressemble vraiment leur pays, à qui il est bâti sur la vie et ce que les roturiers ressentent vraiment à propos de tout cela. Et Claire se résout alors à améliorer les choses. Elle aide à dénicher des nobles corrompus avec Rae. Elle aide à distribuer de la nourriture à ceux qui meurent de faim avec Rae. Et, à la fin, elle prend une décision que Rae ne peut pas faire, qui est d'accepter qu'elle est un symbole de tout ce qui n'allait pas avec le système de classe, et d'aller à son exécution pour prendre ses responsabilités. Comme dans le premier chapitre, Rae est dévasté et abandonne presque. Voir à quel point Claire est venue de la fille aux boucles arrogante standard est ce que je préfère dans ce livre. Cela porte même ses fruits dans l'épilogue et l'histoire parallèle, qui montre que Claire s'adapte plutôt bien à la vie des roturiers – en fait, un peu mieux que Rae.

Il y a plus dont je peux parler, comme toute l'intrigue avec Yu et Misha, qui tourne autour (comme, honnêtement, une grande partie de ce livre) une métaphore qui s'avère littérale. Il y a Manaria, qui a le galant Takarazuka qui fait vibrer le wazoo, et sans qui tout le monde serait probablement mort. Il y a le jeune cardinal qui est amoureux de Rae et qui est aussi… eh bien, je laisse ça pour le moment. Il y a le fait que le livre a un grand nombre de personnages qui ne sont pas seulement yuri, mais aussi queer, un mot utilisé par Rae dans le livre. (Tout comme les lesbiennes.) Il y a le fait qu'il y ait apparemment un troisième volume au Japon, ce qui me surprend étant donné que cela ressemble beaucoup à une fin. Surtout, c'est le fait que le livre est tout simplement incontestable – il a un très grand nombre de pages, mais j'ai quand même été obligé de le terminer en un jour. C’est peut-être le meilleur light novel de 2021, et ce n’est que le 8 janvier. Lisez-le, s'il vous plaît. Vous ne le regretterez pas.

  • Je suis le crépuscule
  • La couleur des émotions - Un livre tout animé
  • Les amours de Lara Jean T01 - À tous les garçons que j'ai aimés... (Netflix)
  • Tu es comme tu es...
  • Je peux très bien me passer de toi
  • Je sais pas
  • La rivière à l'envers - 1er vol (01)
  • Famille parfaite
  • La vérité, toute la vérité