Tales of War and Magic, Vol. 1

Par Hitsuji Gamei et Fushimi Saika. Sorti au Japon sous le nom de «Shikkaku Kara Hajimeru Nariagari Madō Shidō! ~ Jumon Kaihatsu Tokidoki Senki ~ »par GC Novels. Publié en Amérique du Nord par J-Novel Club. Traduit par Alexandra Owen-Burns.

J'ai fini par apprécier un peu ce livre, malgré le fait qu'il soit absolument rempli à ras bord de choses qui devraient m'ennuyer. Les parents de notre héros le traitent comme de la saleté absolue car ses niveaux de magie sont faibles et ne changent pas d’avis même s’il se révèle être un magicien de génie devant plusieurs personnes. Malgré un «faible éther magique», notre héros peut pratiquement tout faire, principalement à cause de ses souvenirs isekai qui l'aident à mieux visualiser les sorts. Il y a beaucoup de filles en péril dans le livre. Il y a le bâtard maléfique suffisant. Et bien sûr, l'intrigue est «Je vais leur montrer! Je vais tous leur montrer! ». Heureusement, ce dernier est étouffé dans l'œuf presque immédiatement, et nous obtenons non pas un mais DEUX exemples de la raison pour laquelle «je consacrerai ma vie à la vengeance» est une chose stupide à faire. Cela dit, l’autre série de l’auteur regorge également de clichés. Il les dépasse en rendant les livres divertissants de toute façon.

Notre héros est Arcus, un garçon de six ans qui un jour se réveille des rêves d'une vie différente. Sa vie japonaise n'écrase pas celle-ci, cependant, et c'est bien, car Arcus a beaucoup à faire. Ses parents le détestent en raison de ses faibles niveaux de magie. Et malheureusement, «augmentez vos niveaux en travaillant ou en utilisant beaucoup la magie» n’est pas une chose ici – les niveaux n’augmentent pas. Heureusement, sa sœur l'aime toujours. Heureusement aussi, son oncle, également boudé par la famille il y a quelque temps, accepte de le former. Ensuite, nous découvrons qu'Arcus a une façon de penser unique et peut réaliser beaucoup de choses que les magiciens ne peuvent pas. Il se fait des amis en ville (qui s'avèrent être beaucoup plus mystérieux qu'il ne le sait), invente des choses qui prendront d'assaut le monde magique et obtient un majordome cool. Puis sa soeur est kidnappée…

Pour être honnête, j'ai apprécié la première moitié du livre plus que la seconde. Ce qui est intéressant étant donné que c’est des choses comme «Arcus invente un thermomètre magique». Mais le voir bricoler est beaucoup plus satisfaisant que de le voir comme un héros d'action, ce que la seconde moitié du livre implique. Il doit sortir d'une tour de prison, tuer des méchants, sauver sa sœur et son (ex-) fiancée, et encore trouver le temps d'assassiner le vrai homme derrière tout ça. Oh oui, il a huit ans quand il fait tout ça, au fait. Je pense que le livre est un peu trop désinvolte avec le meurtre, pour être honnête. Parmi les autres enfants de la distribution, Sue est la meilleure, étant la bonne combinaison d'une jeune fille brillante et d'un mystérieux manipulateur. Elle fait également l’une des rares blagues de pet dans un roman léger dont j’ai ri. La sœur d'Arcus, Lecia, est malheureusement très mouillée, mais j'espère que les futurs livres la montreront en train de lui botter le cul.

En fin de compte, je ne peux pas vraiment penser à une bonne raison de lire ce roman au-delà de «je l'ai lu tout au long et je l'ai trouvé surtout agréable malgré tout». Et, honnêtement, si les auteurs y parviennent, nous devons les soutenir. J'espère qu'ils n'abandonneront pas CETTE série comme ils l'ont fait La magie dans Cet autre monde est trop loin derrière !!.

Laisser un commentaire