Ma comédie romantique pour la jeunesse est mauvaise comme je m'y attendais, Vol. 6,5

Par Wataru Watari et Ponkan 8. Sorti au Japon sous le nom de «Yahari Ore no Seishun Rabukome wa Machigatte Iru» par Gagaga Bunko. Publié en Amérique du Nord par Yen On. Traduit par Jennifer Ward.

Les origines de ce volume sont plutôt torturées. À peu près au moment où la saison 1 de l'anime sortait, ils ont demandé à l'auteur de faire un épisode sur le festival d'athlétisme, qui n'était pas dans les romans. C'était l'épisode 13 de la saison 1. En même temps, il a été invité à faire des histoires exclusives pour les sorties BD / DVD, et a décidé d'étendre considérablement cet épisode en un seul grand roman (oui, malgré le .5 dans le titre, ce n'est PAS un volume de nouvelles). L'histoire est sortie coupée en tiers, un par sortie. Il est maintenant collecté dans ce volume, qui se déroule entre le vol. 6 et 7 (d'où la numérotation)… sauf pour l'histoire bonus, basée sur un CD dramatique, qui se déroule juste après le tome 9. À quoi tout cela revient-il? Eh bien, un sac mélangé, principalement parce que (comme l'auteur l'admet dans la postface) il voulait vraiment ramener un personnage que personne d'autre ne voulait vraiment. (L'anime était bien de la faire disparaître.)

Non, je ne parle pas de Kawasaki – elle obtient la couverture, mais c'est une présence mineure dans le livre. La «star» de ce livre est Sagami, la sorte de méchant du 6e roman, qui est toujours aux prises avec les retombées du festival culturel. Miura est agacée que le drame de Sagami ruine l’atmosphère de la classe. Pendant ce temps, la présidente du conseil étudiant Megumi veut que quelqu'un (c'est-à-dire notre trio de héros) pour l'aider au comité du festival sportif. Combinant les deux problèmes, ils décident de confier à Sagami la présidence du comité, ce qui lui donne une chance de bien faire les choses cette fois. Malheureusement, les choses ne se passent pas aussi bien qu’espéré, cette fois à cause de deux amis de Sagami, qui expliquent clairement qu’ils sont mécontents que les clubs doivent en faire partie. Hachiman et sa compagnie peuvent-ils trouver un moyen de résoudre ce problème sans sacrifier entièrement Sagami? Et peuvent-ils trouver un moyen de rendre le festival d'athlétisme amusant et intéressant?

Je vais être honnête ici: une grande partie de ce livre est une rechapée du sixième volume. C'est délibéré, mais cela ne veut pas dire que je dois l'aimer. Certains pourraient dire qu'Oregairu est à son meilleur lorsqu'il se vautre chez des adolescents qui sont douloureusement abrasifs les uns aux autres, et si c'est le cas, ils adoreront la première moitié de ce livre, qui ressemble à des ongles sur un tableau noir. La récompense (Sagami a finalement fait son travail et s'est dressée contre ses amis) ne vaut pas vraiment le long travail douloureux que nous avons dû lire pour y arriver. Sans surprise, la meilleure partie de cette section est la partie qui a été animée – le festival lui-même. Heureusement, l'adaptation du drame sur CD fonctionne beaucoup mieux et met en vedette Hachiman, Yukino et Yui à leurs plus proches. C’est une fête de Noël qui réussit à être exempte de drame, et je pardonnerai même son aide de blagues "ha ha, notre professeur est vieux et désespéré" parce que la fin était vraiment douce.

Je suppose que je suis heureux que ce soit un volume .5 – s'il était venu juste après le livre 6, je l'aurais peut-être jeté contre un mur. Cette série continue d'avoir des point culminants enrichissants vers des voyages atroces.